Portrait - Alban Ballou, un entrepreneur pressé ?

Portrait - Alban Ballou, un entrepreneur pressé ?

A 35 ans, Alban Ballou est un jeune entrepreneur qui fait bonne impression dans la place de Kinshasa. Son entreprise connue sous le nom de KSB, spécialiste en renforcement des capacités, a installé ses modestes bureaux dans la prestigieuse Galerie Punbu, ex Albert sise Boulevard du 30 Juin, en plein cœur du quartier d’affaires de Kinshasa/Gombe. KSB organise plusieurs formations de mise à niveau des agents et cadres des entreprises. Déjà a son actif,  des gros clients parmi lesquels des ministères et des industries.

La Bralima, une société brassicole du groupe Heineken, La Brasimba du groupe Castel, Orange du groupe France Télécom, Bolloré Africa logistique, Regideso, la régie des voies maritimes, Primature, ministère des mines, ministère de l'industrie, ministère du plan, ministère de l'agriculture.  La clientèle de KSB est souvent institutionnelle. “C'est à dire les entreprises publics, privées, étatiques et paraétatiques, projets et ONG”.

Premiers pas dans le monde professionnel

Diplômé en relations internationales, Alban Ballou a connu un parcours classique dans un pays ou 90% des jeunes sont au chômage, selon la Cour des comptes. Il a commencé son expérience professionnelle à Engen, non pas comme chargé des relations publiques mais dans une station services à Kinshasa.

Après un stage professionnel au ministère des affaires étrangères, il trouve “anormal” d’attendre toute une éternité sur une longue liste afin d’être engagé comme agent de carrière à la fonction publique. Une telle “attente dure souvent une éternité”, déplore-t-il lors d’un entretien.

C’est ainsi qu’en 2011, à Kinshasa, il se lancera dans le projet ABC, au sein des bureaux de la chambre de commerce de l'Alliance belgo-congolaise. Un projet dans lequel il  occupe le poste de secrétaire et organisateur des séminaires en management et leadership.

Plus tard, engagé comme délégué commercial dans une école de formation professionnelle, Alban Ballou galope les marches jusqu'au rang de responsable commercial et marketing en seulement cinq ans.

Démissions en cascade

En dépit des avantages que procure une telle position, le jeune cadre ne caresse pas du tout l’idée de demeurer longtemps salarié. Rebelle, impatient de revêtir le costume d’entrepreneur, il renonce volontairement à chacun de ses emplois.

Apres quelques mois  dans le silence,  la rétrospection et la réflexion, il découvre ses atouts, compétences et énergie cachées. En 2013, il crée, avec deux de ses amis, une entreprise spécialisée en renforcement des capacités des agents et cadres des entreprises.

Pour bien transférer son statut de salarié à celui d’entrepreneur, il initie une plateforme de création  d’une base de données des Consultants nationaux et internationaux maîtrisant les fondamentaux du management et informatique.

Travaillant en partenariat gagnants-gagnants, celui-ci fini par faire un chiffre d'affaires de plus en plus intéressant.

Jouant le rôle d'un pont entre deux rives, représentant d'une part des éminents professeurs des universités, spécialistes, expert seniors et Juniors dans des domaines bien précis, et de l'autre côté des entreprises ayant des problématiques à résoudre, Alban Ballou devient Directeur Général de son entreprise appelé (knowledge-skills-behavior) en sigle KSB SERVICES SARL.

A propos de l’impact de KSB, Ballou explose de joie: “A chaque fois que nos clients  nous appellent pour une quelconque formation ou service, les mois qui suivent les participants ont changement de poste et quelques fois les entreprises clients augmente leurs chiffres d'affaires. Des exemples sont légions”, déclare-t-il avec sourire.

Toutefois, il regrette que l'obtention des marchés soit souvent difficile. “ Certaines entreprises préfèrent envoyer leurs agents à l'étranger pour des formations qu'ils peuvent trouver sur place aux mêmes standards”.

Stratégie et résultats

Ballou et ses amis, font du porte a porte, envoi des courriels, tenue des séminaires sur l'impact de leurs activités ainsi que bien d’autres contacts de proximité.

“Parmi nos plus belles histoires”, déclare-t-il, “il nous arrive d’arracher de coquettes sommes d’argent, alors qu’étant salaries hier, cela n’était qu’un rêve lointain.

“Notre portefeuille clients est un grand témoignage d'avoir eu ce courage”. Sans cela, “nous ne pouvions pas rencontrer toutes ces personnalités  à la tête des entreprises partenaires au pays et dans
le monde.

“En aucun jour, on ne peut espérer devenir riche si votre patron n’est autre que vous même”, explique-il. A la différence d’un perdant, “le gagnant passe très vite à l’action”.

L’ambition de KSB est de devenir une référence en renforcement des capacités des agents et cadres des entreprises en Afrique centrale.

 

 

 

Commentaires

Écrire un commentaire
  1. Pas encore de commentaire

Écrire un commentaire

Vos données seront sûres! Votre adresse email ne sera pas publiée. De même, d'autres données ne seront pas partagées avec une tierce personne.